Avisto : société

Concepteur Ergonome Web

Concepteur Ergonome Web

Liliane est concepteur ergonome web chez AViSTO. Au-delà de la conception d’IHM (Interface Homme Machine), elle joue un véritable rôle de pivot entre les clients, les équipes techniques et les utilisateurs finaux. Elle nous présente son métier.
concepteur-ergonome-web

Sa formation pour devenir concepteur ergonome web : DUT Informatique, licence pro multimedia et bachelor aux Gobelins

Q : Liliane, quelle formation as-tu suivie pour devenir concepteur ergonome web ? J’ai commencé par un DUT informatique, j’ai enchaîné avec une licence pro multimédia, avant d’intégrer les Gobelins, l’école de l’image, filière multimédia, pour un bachelor « Designer & Développeur Interactif » . Q : Et ensuite, tu as commencé à travailler ? En fait, à partir de la licence pro, j’ai suivi mes études en alternance. Au sein de plusieurs entreprises, j’ai fait du développement web, de la création de charte graphique, ou encore du montage vidéo. A la fin de ma formation, j’ai intégré le monde des services en technologies, à Sophia Antipolis puis en région parisienne, et j’ai rejoint AViSTO en 2012.

Présentation du métier de concepteur ergonome web

Q : Parle-nous de ton métier : qu’est-ce qu’un développeur ergonome web ? Pour commencer, développeur ergonome est la traduction de « User Interface Designer / User Experience Designer » (UI/UX Designer). On parle aussi d’architecte de l’information. Cela consiste à concevoir des interfaces graphiques adaptées aux différentes plateformes sur lesquelles elles vont s’afficher (PC, tablette, smartphone etc.). Ensuite, en fonction des projets, je vais me concentrer tantôt sur la partie interface utilisateur, tantôt sur la partie expérience utilisateur. Quand la priorité est l’interface utilisateur, mon point de départ est le client, ses besoins et ses attentes. A l’inverse, si l’expérience utilisateur prime, les besoins de l’utilisateur final sont alors prioritaires pour moi ; je vais prêter la plus grande attention aux notions d’ergonomie, d’accessibilité et d’interactivité. Mais bien entendu, tout est lié, on ne peut négliger aucun élément. Q : A quels moments des projets interviens-tu ? Ça dépend si la priorité est l’interface utilisateur ou l’expérience utilisateur. Ainsi, je peux être impliquée à différents moments-clés :
  • Au début des projets, pour la partie réflexion, analyse.
  • Lors de la rédaction des spécifications fonctionnelles – on s’efforce alors de faire cohabiter les besoins fonctionnels avec l’IHM et le design.
    Soit j’interviens en tant que rédactrice avec un axe conducteur IHM, en respectant une charte graphique afin que les nouvelles interfaces y soient conformes ; je peux d’ailleurs créer moi-même cette charte. Soit j’accompagne les rédacteurs des spécifications fonctionnelles avec la composante ergonomie / conception.
  • Ensuite, je vais produire une arborescence de site et définir les gabarits principaux de l’IHM par l’intermédiaire de maquettes fonctionnelles ou « wireframes ». Autrement dit, je vais définir les zones et le placement des différents éléments sur l’interface pour qu’elle soit intuitive et conforme à l’expression des besoins.
  • A ces maquettes fonctionnelles, je vais ajouter la charte graphique pour produire de nouvelles maquettes sous Photoshop. Elles constituent une représentation réaliste de ce qu’on aura sur le produit final, quel que soit le support (PC/tablette/mobile/écran de TV).
  • Ensuite, je peux rejoindre l’équipe développement pour m’occuper de l’intégration de ces maquettes au sein d’une architecture technique. Cette architecture tient compte des différentes normes définies pour les différents supports.

Ce qu'elle aime dans son métier de concepteur ergonome web

Q : Qu’est-ce qui te plaît dans ton métier ? Tout, notamment le fait de pouvoir intervenir durant les différentes phases des projets. Par exemple, durant la phase de définition des spécifications, je peux organiser des ateliers de travail avec le client. Si leur besoin n’est pas complètement défini, je les y aide, afin qu’à l’issue de ces réunions, on ait quelque chose de défini en termes d’IHM et de spécifications fonctionnelles. Pour y parvenir, je discute avec les utilisateurs et les équipes techniques, l’objectif étant qu’on trouve un terrain d’entente. Comme j’ai un historique de développeur web, je peux tout de suite penser à des solutions réalisables techniquement, contrairement à un graphiste pur. En général, les équipes techniques apprécient qu’on parle le même langage qu’eux. Q : Qu’est-ce que tu aimes d’autre ? Après l’intégration, le développement, je vérifie que tout est bien intégré au niveau de la recette. C’est appréciable de pouvoir intervenir à différentes phases d’un projet, de voir le produit fini et la satisfaction du client quand on a réalisé quelque chose de conforme à ce qu’on avait défini ensemble.
Enfin, d’une manière générale, j’aime apprendre constamment. Sur mon métier, car il s’agit d’un domaine en perpétuelle évolution, avec de nouvelles tendances graphiques etc. Mais également sur le métier du client, car chaque IHM répond à des besoins et des environnements précis.

Site carrières d'AViSTO

Nos dernières offres d'emploi

Un grand merci à Liliane pour son témoignage !

Français